Je pense, donc je lis ! Argumenter
Le site de
Gilbert Dispaux dédié à la promotion de l'esprit critique
Les religions sont les maladies mentales de l'humanité !
Contact

Ceux qui aiment lire aimeront peut-être la

version audio des arguments

proposés dans les Concepts-voyous.

Cliquez sur l'image pour écouter le dernier argument enregistré par l'auteur :

Contact

Jeux Olympiques

Nous sommes si habitués à associer les performances sportives à la fierté nationale qu’il nous serait difficile d’imaginer des jeux olympiques où ne seraient pas agitées les couleurs des drapeaux des pays y envoyant une députation.

Qu’y a-t-il pourtant de plus idiot que l’exclamation du chauvin ? « Il est de mon pays ! Il a gagné ! Nous sommes les meilleurs ! » L’exaltation cocardière des imbéciles ne faiblit pas lorsque vous faites remarquer que tel sportif n’appartient à leur pays que par un bout de papier d’identité… et qu’il n’est donc pas plus de leur pays que ne serait française une machine à laver importée d’Allemagne en France.

Plus qu’une exposition mondiale des tricheurs, les JO sont avant tout une sordide affaire d’argent et de politique. Ceux qui l’ont compris savent que les organisateurs ne pourront jamais se passer des nationalismes. Les gens ne regardent en effet leur télévision que dans l’espoir que « leur » équipe ou « leur » sportif l’emporte. Coupez ce cordon ombilical qui lie les spectateurs aux participants et vous détruirez tout l’intérêt que pouvait avoir le spectacle. Les sponsors déserteraient et il deviendrait impossible de trouver un chef d’État qui aurait la volonté d’organiser des jeux.

Contact

L'éditorial de l'iconoclaste

de février 2018

L'arme de compassion


Contact

Notre race

Et si les races étaient semblables aux nations et aux individus, si elles avaient une naissance, une enfance, une maturité et une dégénérescence ?
Nous bourrons le crâne de nos enfants avec le dogme suivant lequel l’espèce humaine est différente de toutes les autres puisqu’elle ne connaît pas de race. Nous sommes devenus malades de nous-mêmes. Probablement cela est-il dû à la décrépitude de notre engeance.
Considérez ce qu’il est advenu au peuple grec, jadis lumière du monde antique, aujourd’hui réduit à des hordes d’assistés sociaux tout justes bons à danser le sirtaki et à cultiver les superstitions de l’église orthodoxe.
Les Européens de souche ont peut-être été trop longtemps trop riches. Ils ont perdu les attitudes combatives caractéristiques de la jeunesse. Ils deviennent donc une parfaite illustration de la célèbre dialectique du maître de l’esclave. Les esclaves arrivant maintenant d’Afrique deviendront, j’en suis convaincu, leurs futurs maîtres. Nous sommes en train de perdre le combat pour la vie.

Contact

Les Concepts-voyous

L'extrait du jour : Soixante-dix-huitième argument

L’existence peut-elle avoir un sens en dehors des illusions religieuses ?

« (...) Qu’est-ce que la religion ? La religion est une institution qui organise des rituels fondés sur des mythes et qui permet d'obtenir pour ses responsables un grand pouvoir sur les structures sociales.
Les adeptes manifestent des comportements caractéristiques des maladies mentales les plus fréquentes :
 Schizophrénie : dissociation d'un monde réel avec un monde imaginaire ;
 TOC : comportements magiques répétitifs ;
 Bipolarité : passage de l'exaltation au désespoir ;
 Troubles de la personnalité « borderline » ;
 Paranoïa… Les religions sont les maladies mentales de l’humanité. (...) »

Contact


Le livre chez Amazon

Humour

Mes Oiseaux

 

Contact

Propos d'un Iconoclaste

Mes pieds

« « À genoux ! » te dis-je.
Si c'est moi qui te le demande, tu resteras debout. Mais si je parviens à te persuader que c'est Dieu qui te le demande, alors tu te jetteras à mes pieds et tu les baiseras.
Mes pieds, pas ceux de Dieu ! »


DISPAUX, G., Propos d'un iconoclaste, 88e semaine, 11.12.2011

Contact


Le livre chez Amazon

 

Deux citations

Même s’il n’avait pas écrit ce livre remarquable entre tous, Dieu n’est pas grand, j’admirerais le philosophe journaliste et polémiste Christopher Hitchens pour deux raisons.
La première est que dans une interview qu’il a donnée en 2005, il a déclaré que l’église orthodoxe était « une incarnation absolue de l'arriération, du mal et de la superstition ».
Lorsqu’un fanatique russe orthodoxe m’a dénoncé auprès des autres parents et de la direction de mon école pour avoir critiqué sa religion dans mon cours de philosophie, j’ai compris combien l’opinion de Christopher Hitchens était justifiée.
La deuxième est un extrait d’une autre interview donnée à propos de son cancer de l’œsophage. Alors même que la maladie peut résulter d’une consommation abusive d’alcool, il a dit ceci : « C'est tout simplement impossible pour moi d'imaginer la vie sans vin, ou d'autres alcools, ce qui alimente la machine, me permet de soutenir ma lecture, et ma mise sous tension. Ça a marché pour moi. Ça a vraiment marché. »
J’aime ce pied de nez aux hygiénistes ! Moi non plus, je n’imagine pas la vie sans vin et, bien que je ne fume pas, les prêcheurs antitabac me révulsent. D’où tiennent-ils cette rage qu’ils ont à régenter la vie des autres et les risques qu’ils consentent à accepter ?
Merci, Christopher Hitchens.
(Les deux citations sont reproduites dans la page Wikipédia dédiée à Christopher Hitchens.)

Contact

Les journalistes qui affirment que ce n’est pas le véritable islam qui inspire les auteurs d’attentats sont semblables à des historiens qui prétendraient que les juges des tribunaux de l’inquisition condamnant au bûcher de pauvres vieilles femmes atteintes de démence sénile n’étaient pas des vrais catholiques !

Les actions terroristes de musulmans ne sont qu'un cas particulier illustrant les ravages produits sur les cerveaux par les religions qui sont autant de maladies mentales pour l'humanité.

Contact

 

Une comédie métaphysique :Le procès Le procès 4e
Le Procès intenté à Dieu
pour crimes contre l'humani

 

La signification de l'existence humaine :
Lettre à un internaute qui n'est peut-être pas de mes amis

Une vieille dame proclame que l'Holocauste
est le plus grand mensonge de l'Histoire...

Je pense qu'elle se trompe.
Le plus grand mensonge de l'Histoire c'est l'invention du Christ !
Paulkovich

 

La Société des Sceptiques (SS)

a pour but de corrompre la jeunesse
en diffusant des documents déniaisants sur YouTube.

Mahomet

 

 

Contact

Celles et ceux qui aiment apprendre en réfléchissant
et réfléchir en apprenant peuvent feuilleter ici

un cours de philo en diapositives

Contact

Vous pouvez télécharger gratuitement un livre déjà ancien (1984) qui n'est plus disponible en librairie mais qui n'a rien perdu de son actualité.
J'offre cette édition électronique intégrale au format PDF à tous ceux qui s'intéressent à l'argumentation scientifique, politique et morale :

La Logique et le Quotidien

Une analyse dialogique des mécanismes d'argumentation

 

 

L'existence peut-elle avoir un sens en dehors des illusions religieuses ?

Conférence donnée à Arlon

Contact

 

Un commandement sans signification : « Aimez-vous les uns les autres »

Lorsque je dis à un enfant « Mange ta soupe ! », je lui prescris une action que son cerveau peut concevoir et qu’il peut effectuer. Un commandement a un sens pour quelqu’un qui le comprend et qui peut agir afin de le réaliser.
J’ai rencontré naguère un sympathique personnage lisant un livre sur un banc du parc où je me promène avec mon chien. Nous avions noué une conversation. Voici qu’il m’apostrophe l'autre jour : « Tiens, voilà l’iconoclaste ! » Ma surprise se lit probablement sur mon visage et il me rappelle notre premier entretien. Il s’est rendu sur le site Argumenter.com et me dit : « Tout ne doit pas être rejeté dans les religions. Tenez, par exemple, le mot d’ordre chrétien « Aimez-vous les uns les autres ». Cela ne peut être que bon. »
Or, justement, l’injonction « Aime ! » n’est ni bonne ni mauvaise mais seulement absurde. Aimer n’est pas une action délibérée pouvant être le résultat d’une activité mentale consciente. C’est une réaction.
Je comprendrais celui qui me commanderait de feindre d’aimer mes semblables ou de tenter de persuader les autres que je les aime. Je puis en effet concevoir une série d’actions libres (c’est-à-dire déterminées par le mental) pouvant avoir ces résultats. En revanche, je ne peux me représenter aucune action de ma part qui résulterait en un changement de mon désamour pour quelqu’un en amour.
Il est vrai que ce que je peux apprendre d’elle ou de lui peut changer mon évaluation. Mais cela n’arrive jamais sur ordre. Le commandement d’aimer tous les autres êtres humains n’a pas plus de sens que n’en aurait l’ordre d’aimer le goût de la menthe ou celui d’aimer les serpents.

Contact

Et aussi...

Un texte, des mouches, l'univers:
Un texte pour entrer en philosophie

Deux contes philosophiques

Contact